Sousse et son musée

musee sousse by night

Musée de Sousse

Hadrumète était, avec Carthage et Utique, l’une des plus importantes villes  de l’Afrique antique. Les sources antiques font d’elle une fondation phénicienne qui serait, à en croire l’historien latin Salluste[1], plus ancienne que Carthage. Simple relai maritime et commercial au départ, elle devint l’une des villes plus importantes d’Afrique lorsque Rome détruisit Carthage en 146 avant J.-C.

On sait qu’Hadrumète prit le parti de Rome et devint en retour ville libre et amie du peuple romain. Cette liberté lui permettait de se gouverner selon ses coutumes et ses traditions et la plaçait en dehors de la puissance (potestas) du gouverneur de la province.

Le nom antique, aux sonorités sémitiques évidentes, est Hadrumetum. A l’époque byzantine, Hadrumète reçut les titres Iustinianopolis Sozousa ; ce dernier titre signifie sauvée et doit sans doute être à l’origine de du nom moderne, Sousse/Soussa (Corippe, Iohan, 4.64, 76). Jadis Capitale de la province romaine de Byzacène, elle est aujourd’hui la capitale du Sahel tunisien, plus connue sous le nom de« la Perle du Sahel ».

Des origines jusqu’à nos jours, l’occupation humaine n’y fut jamais interrompue, ce qui eu pour conséquence la disparition presque totale de ses vestiges antiques. C’est sans doute à Sousse, plus qu’ailleurs, en Tunisie, que l’archéologie préventive a fait ses débuts grâce aux efforts de la Société Archéologique de Sousse créée en 1902.

Les nouvelles constructions et les gros chantiers étaient toujours prétextes pour engager des fouilles systématiques ; les destructions causées par les bombardements de la deuxième guerre mondiale n’ont fait que stimuler cette activité.

photos5

La cour du Musée du Sousse

Les plus beaux objets archéologiques sauvés puis récupérés sont exposés dans le nouveau musée aménagé au sous-sol de la cour de la Kasbah, un monument achevé au 9e siècle .Inauguré en juin 2012.

 

 

 

 

image6

Le musée de Sousse, vue générale

[1]Guerre de Jugurtha, 19.1.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter