Les portraits impériaux

Le musée abrite en effet l’un des portraits de Trajan dont ne subsiste que la tête aux proportions massives qui se rattache, selon les spécialistes, à plusieurs types de l’empereur vieillissant. Certains pensent qu’il s’agit d’un portrait posthume érigé par les autorités locales en remerciement au fondateur de la colonie[1].

L’Empereur Trajan

L’Empereur Trajan

On doit également attribuer à l’époque Trajane un cortège triomphal en marbre gris dont il ne reste que la partie inférieure représentant en grandeur naturelle un cheval, le conducteur d’un char et un captif aux proportions excessives assis et enchainé. Sur le flanc arrondi du char, est sculpté un Triton déroulant vers l’arrière les replis d’une de ses queues de poissons. Les mains tiennent des motifs marins, une conque et un gouvernail ; l’ensemble constitue sans doute une référence au dieu Neptune, génie d’Hadrumète. Trouvé non loin de la grande mosquée de Sousse en 1898, sur le forum ou proche de celui-ci, ce relief devait décorer un arc de triomphe érigé en l’honneur de l’empereur Trajan (98-117), très probablement à l’occasion de sa victoire sur les Daces en 102 ou sur les Parthes en 116. Cette datation est par ailleurs suggérée par la toge portée par le triomphateur et qui est caractéristique de la fin du 1er et du début du 2e s[2].

 

Char représentant un cortège triomphal

Char représentant un cortège triomphal

Si l’attribution d’un buste à l’empereur Hadrien ne fait pas de doute, on hésite sur l’identification d’un portrait féminin fort usé trouvé lors des dragages du port de sousse en 1898. Certains l’attribuent à Marciane ou à Matidie, sœur et nièce de Trajan[3] ; d’autres, comme A. Carandini[4], le rattachent à Sabine, épouse d’Hadrien. La parenté entre ces femmes et la ressemblance de leurs portraits, en particulier en ce qui concerne les détails de la coiffure, compliquent l’identification mais on doit sans doute opter pour Sabine  dont les images furent largement diffusées en Afrique[6]

 

L’Empereur Hadrien

L’Empereur Hadrien

Sabine, épouse de l’Empereur Hadrien

Sabine, épouse de l’Empereur Hadrien

La famille impériale est encore représentée par un portrait attribué à Fulvia Plautilla, épouse de l’empereur Caracalla (211-217), dont les caractères physiques se rencontrent sur des émissions monétaires du début du 3e siècle[7].

Plautilla, épouse de l’empereur Caracalla

Plautilla, épouse de l’empereur Caracalla

[1]Louis Foucher, Hadrumetun, Paris 1964, p. 148-149, pl. X, a,b ; Nathalie de Chaisemartin, Les sculptures romaines de Sousse et des sites environnants, École Française de Rome, 102, 1987, p. 32-33, n° 25.

[2] L. Foucher, Hadrumetum, 1964, p. 257 ; N. de Chaisemartin, Les sculptures romaines de Sousse et des sites environnants, École Française de Rome, 102, 1987, p. 37-39, n° 30.

[3]En particulier L. Foucher, Hadrumetum, 1964, p. 149.

[4]A. Carandini, Vibia Sabina, 1969, p. 138-142.

[5]Vie d’Hadrien, 20.4-5 et 22.14.

[6]N. de Chaisemartin, Les sculptures romaines de Sousse et des sites environnants, École Française de Rome, 102, 1987, p. 37, n° 29.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter